Les Noëls se succèdent et se ressemblent …

Le 24 décembre 2016, j’ai reçu par voie postale la requête en référé déposée par la Chambre d’agriculture auprès du Tribunal administratif de Pau pour remettre en cause la déclaration d’inaptitude du médecin de la MSA, qui datait d’avril 2016 et n’avait fait l’objet d’aucune remarque de mon employeur jusqu’alors…
Après une année cauchemardesque, un coup de poignard final…

Cette requête a été rejetée par le Tribunal administratif de Pau en février 2017, puis par la Cour d’appel administrative de Bordeaux le 10 novembre 2017. Je me mets donc à espérer la fin du cauchemar… mais c’était sans compter sur la capacité de mon employeur à toujours me nuire davantage !

Le 4 décembre 2017, en pleine connaissance des conclusions de la Cour d’appel administrative de Bordeaux, la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques m’adresse, par courrier recommandé, une convocation à un entretien le 6 décembre 2017. Réfutant de façon obstinée mon inaptitude, mon employeur me convoquait pour définir les modalités de ma reprise de fonction en suivant. A défaut de me présenter à cet entretien le 6 décembre 2017, il précisait qu’il me licencierait pour faute sur le champs ! Les circonstances ont fait que je n’ai pu récupérer ce courrier que le vendredi 8 décembre 2017… et je m’attends, depuis maintenant un mois, chaque jour à recevoir cette lettre de licenciement pour faute. Cette pression psychologique est tout simplement intenable…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*